Last Updated:

Article n°15: Ami pour la vie ?

Catégories Carnet de bord

Toute ma vie, je vu mes amis venir puis partir, comme les vagues au bord de la mer. Non pas à cause de différents particuliers (du moins pas toujours) mais parce que la vie a décidé de séparer nos chemins, où que l’attachement que je leur portais n’était pas totalement réciproque.

Heureusement avec le temps, j’ai fini par reconnaître les vrais amis aux simples copains. Même si aujourd’hui encore, il m’arrive de me tromper.

L’amitié, comme l’amour, a été étudié par mille et un philosophes et auteurs, par mille et une façons différentes. Balzac disait que ce qui rend les amitiés indissolubles et double leur charme, est un sentiment qui manque à l’amour, la certitude. Dans ce sens Montaigne pensait que l’amitié est une chaleur générale et universelle, tempéré, au demeurant, et égale. Aristote quant à lui, parlait de l’amitié comme une forme d’égalité comparable à la justice. Chacun rend à l’autre des bienfaits semblables à ceux qu’il a reçu.

Les notions d’égalité et de certitude font donc l’unanimité auprès de nos chers amis les philosophes qui avaient bien compris que pour survivre dans ce monde chacun avait besoin d’un partenaire de danse en soirée, de quelqu’un prêt à faire des kilomètres pour venir vous chercher à la gare, d’une oreille pour vous écouter radoter vos histoires, ou même d’une personne prête à partager votre passion pour la nourriture. Quelqu’un pour tout partager donc, mais qui contrairement à l’amour, ne risque pas de vous briser le coeur.

Mais comment reconnaître instinctivement qui sont véritablement nos amis aux simples camarades de classe ? Quels sont ceux qui nous estiment réellement, ceux qui resterons après les tempêtes de différences, et ceux sur qui on pourra toujours compter ?

Le problème avec les sentiments, en amitié comme en amour, c’est qu’on ne sait jamais s’ils sont réciproques ou non. On ne sait jamais si la personne en face de nous sera prête à faire autant de sacrifices que nous serions prêts à en faire pour elle. Si elle est là par opportunité, ou par nécessité.

C’est bien connu, les vérités font surface lorsque le pire arrive, et comme disait Balzac : « le malheur a cela de bon qu’il nous apprend à connaître nos vrais amis ».

J’ai la chance d’avoir de vrais amis. D’avoir des personnes autour de moi qui m’ont toujours soutenus, et sur qui je sais que je peux compter. Et pour ma part, il n’y a rien de plus important que de savoir que des personnes sont là pour vous, qu’elles vous comprennent, ou du moins qu’elles tenteraient tout pour y parvenir. Des personnes qui, malgré vos défauts, vous apprécient pour ce que vous êtes et pour rien d’autres.

Je pense que le secret d’une grande amitié n’est d’autre que le mélange de ces trois principes : la sincérité, la confiance, et la loyauté. Même si l’esprit déjanté qui fait naître tous les bons souvenirs qu’on partage aujourd’hui est un atout essentiel.

Si on pouvait illustrer la vie par un livre, je dirai que vous mentionnerez certaines personnes dans les lignes d’une seule page, et que vous accorderez carrément le nom d’un chapitre à d’autres. Le plus important c’est de savoir que tout au long de votre histoire, vous avez été vous-même et que vous avez partagé ensemble quelque chose de sincère.

Alors, faudrait-il peut-être faire confiance à Montaigne lorsqu’il dit « qu’il faut se prêter à autrui et ne se donner qu’à soi-même” ?

À tous mes amis, et à tous ceux qui un jour m’ont laissé tomber : ne vous en faites pas, j’ai toujours été sincère.

Maya.

1 commentaire sur “Article n°15: Ami pour la vie ?

Répondre à Anonyme Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *