Article n°14: Ma première fois

Catégories Carnet de bord

On parle souvent des premières fois. De notre premier baiser, de notre premier amour, de notre première fois. De la première fois où on s’est mis une cuite, où on a menti à nos parents pour sortir en boîte, ou de la première fois où on a tenté de se faire à manger tout seul. Toutes nos premières fois marquent le début d’une longue série. Elles sont comme des paliers que l’on gravit tels des niveaux dans un jeu vidéo. On parle de nos premières fois comme des moments forts, même si elles ne sont souvent que de simples essais ou qu’elles sont souvent ratées. Les premières fois sont uniques, mémorables. Généralement de bons souvenirs. Et on se souvient d’elles parce que nous n’avons cessé de nous les remémorer en échangeant nos expériences ou tout simplement pour se rappeler à quel point les choses ont changé depuis.

Chacun vit ses premières fois comme un renouveau, et malgré le fait qu’elles nous soient propres, nous partageons tous ce sentiment de changement lorsqu’elles se produisent.

On parle souvent des premières fois, mais nous ne parlons jamais de nos dernières fois.

La dernière fois qu’on a parlé à notre ami d’enfance, la dernière fois qu’on a ri à plein poumons, la dernière fois qu’on a reçu un baiser qui nous a fait tomber à la renverse, ou la dernière fois qu’on a mangé à s’en casser le ventre. Pourquoi ne parlons-nous jamais de nos dernières fois ? Pourquoi nos dernières fois ne sont-elles pas aussi marquantes que nos premières fois ?

Je pense que nos premières fois sont significatives, et qu’elles restent pour la plupart des moments forts et inoubliables. Les dernières fois quant à elles, sombrent souvent dans l’oubli parce qu’on ne sait jamais qu’elles sont nos dernières fois. La plupart du temps, on ne sait pas au moment où on les vit que ce sera la dernière fois. La dernière fois que l’on partage un moment avec un être cher. La dernière fois que l’on savoure l’odeur d’un lieu, ou que l’on dévore des yeux des paysages hors du commun. La dernière fois où l’on échange un « je t’aime ».

Ces moments-là, on sait pertinemment qu’on ne les a pas assez savourés. Qu’on a vécu ces moments comme s’ils étaient ordinaires, ou qu’ils se répéteraient des centaines de fois encore. Alors qu’en réalité, certains signaient la fin d’une ère, le point avant que la page ne se tourne.

Peut-être que c’est ce qui en fait leur charme : le fait de ne pas connaître quand ces dernières fois arriveront. Peut-être que nous ne sommes pas censé savoir que ce sont nos dernières fois pour que nous puissions vivre ces moments comme nous devrions les vivre : dans la plus grande simplicité qui soit.

Je vous parle des dernières fois puisque en tant que grande nostalgique, j’ai souvent pensé à mes premières et à mes dernières fois ces temps-ci. Et avec un peu de recul, j’en ai conclu une chose : c’est qu’à chaque dernière fois, s’enchaîne une première fois.

À toutes vos premières et dernières fois,

Maya.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *