Last Updated:

Article n°2 : Entre caféine et convictions

Catégories Carnet de bord

Dimanche dernier, je suis allée dans un petit café situé juste en face de ma laverie, et j’ai commandé un cappuccino liégeois histoire de compenser le fait que dehors, Toulouse se transforme en banquise en pleine ère glacière. Je vous avoue que je ne me suis toujours pas faite à ce temps, et étant des personnes qui ont une large préférence pour les saisons printemps/été que pour les saisons automne/hiver, je ne trouve du réconfort qu’auprès des boissons chaudes et de ma couette.

Bref, vous l’aurez deviné, dimanche c’est mon jour de corvée de linge. Ҫa a beau ne pas m’enchanter, j’ai le choix entre ça ou porter des tongs, car étant en pleine pénurie de chaussettes ce serait la seule solution pour moi de ne pas avoir mal aux pieds. Mais en voyant le bon côté des choses, sans ça je n’aurai jamais découvert cet endroit, rempli de charme je dois dire. C’est petit et chaleureux, on se croirait à la maison. La chanson Stand by Me de Ben King passe à la radio pendant que je vous parle, tandis que la propriétaire et son employé installent des guirlandes lumineuses près de la vitrine. Je crois qu’ils font partie des rares derniers à ne pas avoir encore installé leurs décorations de Noël. Ici, la ville est entièrement habillée de lumières, de sapins et d’installations en tous genres, animant les rues, les places, et les gens par la même occasion. Autant vous dire que Toulouse est complètement immergée par l’esprit de Noël.

Le temps passe vite vous ne trouvez pas ? Nous sommes déjà à un mois de Noël, à un mois d’une nouvelle année. Pour ma part, je n’ai toujours pas de cadeaux, et je n’ai toujours pas réfléchi à de nouvelles résolutions. Mais à quoi bon, je fais partie de ces 98 % de la population à ne jamais les respectées de toute façon.

En attendant, je suis là, assise sur ma chaise, à me poser toujours les mêmes questions existentielles sur cette nouvelle année qui court vers moi. J’ai beau lire mon horoscope tous les matins, je ne comprends toujours pas ce que je suis censée faire pour anticiper les choses qui me tombent dessus, ni comment je peux accumuler trois « bonshommes sourire » a côté de la case « argent » alors que mon compte en banque est actuellement à un chiffre après la virgule.

Mais je réfléchis quand même à mon avenir, à ces nouvelles convictions qui grandissent, et à cette première année en tant qu’« adulte » que je suis en train de vivre. Et je peux vous dire que devenir un adulte n’est pas une partie de plaisir. Au-delà des responsabilités basiques ou de tous ces papiers administratifs indéchiffrables, devenir adulte est souvent bien plus compliqué que ce que l’on pourrait croire.

Je vous rassure tout de suite, je vais pas vous faire un cours sur ce qu’est la vie d’adulte, parce que c’est chiant, et que je ne sais pas vraiment de quoi je parle. Mais je tenais quand même à dire que, dans tout ça, personne ne nous apprend à devenir adulte. Ni nos parents, ni nos profs. Et, pour être honnête, je ne sais pas vraiment quand est-ce qu’on le devient. Alors j’ai réfléchi, et j’en suis venu à supposer que c’est quand on devient quelqu’un. Quelqu’un dont on est fier, qui a des valeurs, des ambitions et des convictions.

En école de communication, on vous apprend à être convaincant, sûr de vous, mais surtout de savoir travailler en équipe. D’apprendre à connaître les autres pour mieux se connaître soi-même. Je me demande alors : est-ce que je connais vraiment les personnes autour de moi ? Mes amis, ma famille. Et qui sont ces personnes que je côtoie tous les jours, et dont je ne connais presque rien.

Cette année a été pour moi très riche: j’ai fêté mes 18 ans, j’ai passé mon bac, mon permis, j’ai eu mon premier job, j’ai quitté la maison et j’ai déménagé à plusieurs reprises. Et je dois dire que je n’en ai jamais autant appris sur moi-même que depuis ces 11 derniers mois, qui ont été les plus mouvementés de ma vie si je crois bien. J’ai découvert une autre vision du monde, rencontré des gens incroyables, et ai appris à connaître des êtres fascinants, qui se reconnaîtront surement en lisant cet article.

Et, s’il y a bien une chose que j’ai pu apprendre au cours de cette année, c’est que nous ne connaissons jamais assez les personnes qui nous entourent, et que bien souvent, derrière les apparences, se cachent des personnalités improbables qui réussissent à nous surprendre.

En vous laissant sur ces mots,

Maya.

 

 

 

3 commentaires sur “Article n°2 : Entre caféine et convictions

  1. Ma très chère Maya, l’écriture de ces deux premiers articles sont passionnants ! On ne peut qu’être fier de cette belle personne que tu es et de l’adulte que tu deviens… 💕

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *