Last Updated:

Article n°12: Parlez moi d’amour…

Catégories Carnet de bord

L’amour. J’ai eu du mal à me décider à écrire à propos de ce sujet. Sûrement parce que comme des millions d’autres personnes, j’ai été victime du grand amour. Et pour ceux qui connaissent ne serait-ce que l’ombre de ce sentiment, vous devez savoir que l’amour est l’élément le plus incontrôlable et le plus dévastateur qui soit. Pour ceux qui seraient déjà retissant, je vous rassure, je n’ai pas l’intention d’écrire quelque chose de trop sentimentale ou de trop cucul, ni de vous raconter une peine de coeur, du moins pas pour le moment.

J’aimerais vous parler d’amour, parce que pour moi c’est la seule véritable chose qui ne trouve ni explication ni définition, et que pourtant tout le monde a connu, connaît ou connaîtra un jour. La seule chose dont les mots manquent, et qui pourtant s’exprime à travers une pluralité de manières : en chanson, en regard, ou en un seul geste. Je veux vous parler d’amour parce que même s’il peut tout détruire, c’est un sentiment doux et intense, dont on ne peut jamais vraiment se défaire. Alors autant le partager vous ne croyez pas ?

Depuis la nuit des temps, les hommes cherchent à comprendre ce qu’est l’amour : les poètes, les psychologues, les philosophes, les religieux, les peintres et artistes en tout genre. Même les hommes de néandertal ne devaient pas bien saisir ce qui leur arrivait lorsque leur coeur battait à en sortir de leur poitrine et que leur souffle se coupait.

Je ne sais pas si ça vous est déjà arrivé de tomber amoureux, mais pour moi, ça m’est tombé dessus d’un seul coup. Un peu comme quand on glisse sur une marche et qu’on finit par dévaler tous les escaliers d’un trait pour rejoindre le sol un étage plus bas. L’amour ça surprend comme ça, ça arrive toujours quand on s’y attend pas ou quand on en veux pas. Albert Einstein disait que « tomber amoureux n’est pas une question de gravité ». Alors à qui doit-on cette chute ?

Dans notre vie bien tranquille, nous attendons tous inconsciemment que l’amour vienne nous ravager. L’Amour avec un grand A. Celui qui nous rendra complètement dingues, qui nous donnera envie de tout donner ou de tout abandonner. Nous rêvons tous de trouver la personne qui, à chaque fois que ses yeux se posent sur nous, nous donne l’impression que le monde vole en éclats.

Quand on tombe amoureux, on ne sait jamais vraiment combien de temps cela va durer. Un mois, un an, dix ans. À vrai dire, on ne pense pas à la durée parce qu’au fond de nous on pense que ça va durer une éternité. L’amour ne se mesure pas sur la durée mais à son intensité.

Il existe plusieurs théories : certains pensent que nous n’aimons jamais vraiment quelqu’un. Que nous aimons uniquement l’idée que nous nous faisons de ce quelqu’un. Ce que nous aimons, c’est un concept forgé par nous, et en fin de compte, c’est nous-mêmes. D’autres disent que nous tombons amoureux d’une personne selon une certaine « alchimie ». Que celle-ci naît et meurt à son bon vouloir, et qu’elle guide notre coeur vers différents amours.

Pour ma part, je pense que l’on peut aimer plusieurs personnes dans sa vie, réellement, profondément. Vivre des choses extraordinaires avec différentes personnes, vivre différentes histoires d’amour. Mais je crois qu’on ne tombe amoureux qu’une seule et unique fois. Je crois que dans une vie, il existe pour chacun un seul véritable grand amour. Une seule moitié.

Un amour où l’on aime trop. Trop fort, trop passionnément. Un amour où l’on fournit trop d’énergie, où l’on donne trop de nous.

Je crois en vous pour trouver cet amour. Et surtout, pour le garder.

Si vous ne savez pas si cette personne que vous aimez est ce grand amour, celui dont je parle, dîtes-vous ceci : vous rencontrerez mille obstacles, mille distractions, mille personnes sensibles de vous séduire. Si au bout du compte vous finissez toujours par ne penser qu’à une seule et unique même personne, vous saurez que cette personne : c’est la bonne.

Moi aussi j’ai aimé. Très fort. D’un amour qui m’a souvent dépassé. Et pourtant je n’en garde que de bons souvenirs, même si je dois avouer que mon coeur se fend à chaque fois que mes pensées divaguent vers lui. J’ai vécu une histoire d’amour digne des plus grands romans à succès, et je suis fière de pouvoir dire que, malgré tout, je ne regrette rien.

À la conquête de mon grand amour,

Maya.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *